Plus de Verbeck !

verbeck-rire18951116Gustave Verbeck, « Le chevalier au cygne », Le Rire, n° 54, 16 novembre 1895. Source : Cibdi.



A la suite de notre précédent article sur Gustave Verbeck, voici quelques-unes des contributions que le dessinateur a données dans la presse française des années 1890, avant de partir s’installer aux Etats-Unis. De novembre 1894 à novembre 1895, Verbeck a ainsi participé à la revue Le Rire en y donnant 5 planches que l’ont peut consulter dans les exemplaires récemment numérisés par la Cibdi :

– « Un tigre puni par où il a péché », Le Rire n° 2 du 17 novembre 1894.

– « Ce qui manquait à Roméo. (Rien des réclames) », Le Rire n° 11 du 19 janvier 1895.

– « Le tigre critique d’art », Le Rire n° 35 du 6 juillet 1895.

– « Moïse sauvé par les eaux », Le Rire n° 51 du 26 octobre 1895.

– « Le chevalier au cygne », Le Rire n° 54 du 16 novembre 1895.

 

  

 « Un tigre puni par où il a péché », Le Rire n° 2 du 17 novembre 1894. Source : Cibdi.


L’année suivant sa publication, l’histoire ci-dessus fut plagiée pour l’Imagerie Pellerin d’Epinal par un anonyme qui en donna une version plutôt verbeuse.

 

« Le jupon sauveur », Imagerie Pellerin, Série aux Armes, n° 152, 1895. Source : Gallica.bnf.fr

 

Parue dans Le Chat Noir en 1893, la planche suivante témoigne du goût précoce de Verbeck pour les figures à double sens et les renversement :

Gustave verbeck, « Le portrait », Le Chat noir, n°616 du 11 novembre 1893. Source : Histoires sans paroles du Chat Noir, CNBDI, 1998.


Avant d’être traduits en 1977 par Pierre Couperie pour les éditions Horay 1, The Upside-Downs of Lady Lovekins and Old Man Muffaroo, qui ont paru entre 1903 et 1905 dans le New York Herald, firent une apparition éclair dans une revue pour enfants française : dans son numéro du 22 avril 1906, Le Petit Journal illustré de la jeunesse proposait en effet en première page les aventures de « M. et Mme d’Alenvers » dans « une histoire renversante dont les héros sont sens dessus dessous ». Cette première adaptation en français de l’œuvre de Verbeck ne lui fait pas vraiment honneur. L’histoire a été réduite à deux cases (composé à l’origine de six vignettes). Probablement redessinée d’après l’original par un anonyme, elle ne fait aucune mention du dessinateur américain. Après ce numéro, les aventures de M. et Mme d’Alenvers n’auront pas de suite.

« Une histoire renversante dont les héros sont sens dessus dessous », Le Petit Journal illustré de la jeunesse, n° 80, 22 avril 1906.



Vue renversée de la page (cliquez pour agrandir l’image) :

.

  1. Gustave Verbeek, Dessus-Dessous, Horay, 1977. Présentation et traduction de l’anglais par Pierre Couperie. En attendant la tradution de l’ouvrage édité par Peter Maresca, on se reportera à la cinquième livraison de la revue DMPP Almanach (2008) qui propose une trentaine de pages traduites des deux séries Upside Downs et Tiny Tads, complétées par un dossier. []

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *