Une « image à renversement » par Baker

Baker, « Image à renversement », La Jeunesse illustrée, n° 199, 16 décembre 1906. Source : Gallica.bnf.fr
> Cliquer ici pour la voir inversée <

 

L‘amateur de Gustave Verbeek aura probablement reconnu l’image ci-dessus. Elle ressemble en effet à celle qui illustre la couverture de l’anthologie du dessinateur paru chez Horay en 1977 : Dessus-Dessous. Celle-ci reprenait le contenu d’une case de The Upside-Downs Little Lady Lovekins and Old Man Muffaroo (1903-1905), fameuse bande dessinée dont chaque planche lue dans un sens se prolonge dès lors qu’on la retourne.

 
Gustave Verbeek, The Upside Downs of Little Lady Lovekins and Old Man Muffaro, « A Fish Story », Sunday Record-Herald (Chicago), 31 juillet 1904.
Source : San Francisco Academy of Comic Art Collection, The Ohio State University, Billy Ireland Cartoon Library and Museum. Lien

 

Mais à bien y regarder, il ne s’agit pas exactement de la même image. Elle est l’oeuvre de Baker (Alfred Zantzinger Baker Sr, 1870-1940), dessinateur d’origine américaine, qui s’est fortement inspiré de la case de Verbeek pour sa planche publiée dans La Jeunesse illustrée du 16 décembre 1906.

A propos de Baker, on sait peu de chose. Selon le Dico Solo, il collabore à la presse illustrée française (Le Rire, Fantasio, etc.) entre 1902 et 1914. Baker donne ses « Images à renversement » dans La Jeunesse illustrée, de façon ponctuelle, dès le n° 170 du 27 mai 1906. Elles seront reprises en 1913-1914 dans la revue pour enfants Diabolo Journal composée de planches précédemment publiées dans La Jeunesse illustrée. Il semble que celle que nous reproduisons soit la seule directement recopiée des Upside Downs.

Baker pousse le principe de son « image à renversement » jusqu’à la signature de son nom qu’il double d’un autre Baker inversé. Mais que l’on ne s’y trompe pas. Notre planche n’est pas une nouvelle tentative de traduction en français des Upside Downs originellement parus entre 1903 et 1905 dans le Comics Supplement du New York Herald 1.

Les planches de Baker s’inscrivent dans la tradition des images à double sens des XVIIIe et XIXe siècles 2. Elles n’appartiennent pas vraiment au médium bande dessinée. Même quand elle est composée d’une suite de deux images à retourner (voir exemple ci-dessous), la page retournée n’a aucun lien narratif avec la première. Ces œuvres n’en restent pas moins détonantes dans cette revue enfantine réputée pour la rigidité des formes de ses histoires en images.

 

 Baker, « Image à renversement. Le Jockey et le dentiste », Diabolo Journal, n° 1, 8e année, 4 janvier 1914. Source : Töpfferiana.
> Cliquer ici pour la voir inversée <



Mise à jour du 21 mars 2013 :  En complément de cet article, une sélection d’images à renversement de Baker parues dans La Jeunesse Illustrée : http://www.topfferiana.fr/2013/03/images-a-renversement-complement/

Mise à jour du 6 avril 2013 : Correction du nom complet de Baker, grâce aux informations de Marco Graziosi.

Mise à jour du 1er avril 2019 : A noter que The Upside-Downs of Little Lady Lovekins and Old Man était accessible en France dans les pages du supplément dominical de l’édition parisienne du New York Herald en 1904. Voir notre article : Les comic strips du « Paris Herald ».



Baker, « Merlin et son chat », La Jeunesse Illustrée, n° 242, 13 octobre 1907. Source : Gallica.bnf.fr
> Cliquer ici pour voir l’image à l’envers <

 

Toujours signée Baker, la page ci-dessus, intitulée « Merlin et son chat » et publiée dans La Jeunesse Illustrée du 13 octobre 1907, s’inspire également du comic strip de Verbeek puisqu’on y retrouve les personnages des planches du New York Herald parisien du 17 juillet et du 14 août 1904. Idem pour la suivante, « La terreur de la mère Chipotard », parue dans La Jeunesse Illustrée du 21 avril 1907, qui reprend les créatures vues dans dans les strips  du 3 avril et du 4 septembre 1904.

 


Baker, « La terreur de la mère Chipotard », La Jeunesse Illustrée, n° 217, 21 avril 1907. Source : Gallica.bnf.fr

.

image_pdfimage_print
  1. Dans un précédent article, nous avions reproduit la page du Petit Journal illustré de la jeunesse d’avril 1906, soit quelques mois auparavant notre planche ci-dessus, qui reprenait deux images d’une planche de la série de Verbeek. []
  2. Pour quelques exemples de ces doubles portraits, voir le blog de Jean-Pierre Dionnet qui reproduit ceux illustrant l’introduction de l’anthologie The Upside Down World of Gustave Verbeek: Complete Sunday Comics (1903-1905), Sunday Press Books, 2009 : http://www.humano.com/blog/l-ange-du-bizarre/31. []

7 commentaires

  • John Adcock dit :

    Your posts are always fascinating Antoine, always nice to find something new in these glimpses of comics from the past.

  • Max dit :

    Bravo! Comme toujour Antoine, très bien vraiment!

  • Noël dit :

    Merci encore Antoine !

  • Feuerhahn dit :

    je m’associe à l’enthousiame des commentaires, j’apprécie hautement votre travail de recherche. Merci et bravo…dans l’attente impatiente du prochain sujet!

    nelly

  • Töpfferiana dit :

    Merci à tous pour vos messages qui m’encouragent pour la suite !

  • j-michel Lemaire dit :

    absolument superbe!!! je ne savais pas que se genre d’images existait dans la presse bd française…. Je m’intéresse au illusions d’optique et autres jeux d’image du début du siècle, entre autre les upside down. Serrait-il possible d’avoir plus d’information sur les numéros ou sont publié ses magnifiques images a renversement (inspiré par peter newell)
    dans les années 20 Charles Lederer a lui aussi publié ses « Turn Me Over » dans la presse américaine.
    et encore bravo pour votre article

  • Töpfferiana dit :

    Merci j-michel.
    Voici la liste de numéros dans lesquels Baker a donné ses « images à renversement » : n° 170 du 27/05/1906, n° 199 du 16/12/1906, n° 213 du 24/03/1907, n° 217 du 21/04/1907, n° 226 du 21/06/1907, n° 242 du 13/10/1907 et n° 245 du 3/11/1907. Effectivement, ces images rappellent également les jeux visuels de Peter Newel, et je crois me souvenir que l’une des images de Baker dans La Jeunesse illustrée s’en inspirait fortement… A vérifier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.