« Le Peigne » et autres histoires de Benjamin Rabier

Benjamin Rabier, « Le Peigne », extrait du recueil Ecoutez-moi !, Paris, Garnier, 1926, p. 53.
Première publication en 1904 dans Le Journal amusant. Source : Gallica.bnf.fr

 

Avec ses vignettes sans encadrement ni texte en légende, cette planche n’aurait eu aucune chance de passer dans les journaux pour enfants du début du XXe siècle. Le format des histoires en images alors acceptable pour le jeune public — un gaufrier aux cases uniformes emprunté à l’image d’Epinal — était plutôt rigide et souffrait rarement exception.De plus, cette petite fille qui prête son peigne à son chien n’est pas vraiment un exemple à suivre en matière de règles d’hygiène et de bonne tenue en société que l’on souhaitait inculquer à ces chères petites têtes blondes…

Ce n’est donc pas dans La Jeunesse illustrée, l’une des principales publications pour la jeunesse de l’époque, que l’on aurait pu voir une telle histoire en images. Pourtant, l’auteur de cette page, Benjamin Rabier, fut l’un de ses piliers et il y donna chaque semaine, de 1903 à 1919, une planche de bande dessinée 1.

« Le Peigne », ou « Comment mademoiselle Lili rendit un grand service à son ami Azor » fut publié pour la première fois dans Le Journal amusant du 2 janvier 1904. Pour cette revue destinée aux « grandes personnes », Benjamin Rabier donne également un dessin ou une planche chaque semaine, de 1899 à 1924 environ. Ses histoires en images y sont plus libres, sur le fond comme sur la forme, que celles qu’il dessine parallèlement pour La Jeunesse illustrée.

Par ailleurs, ce gag de Benjamin Rabier en rappelle un précédent, celui que le dessinateur allemand Adolf Oberländer publia dans Fliegende Blätter (n° 2798) en 1899. Le petit chien y est remplacé par un fauve, d’une toute autre corpulence, mais tout aussi hirsute :

 

oberlander-lions-fliegende-1899Adolf Oberländer, « Das gerettete Prachtexemplar », Fliegende Blätter, n° 2798, 1899.
Source : Universitätsbibliothek Heidelberg.


La carrière du « Peigne » de Rabier ne s’arrête pas là. Entre les histoires en images données aux journaux pour adultes et celles des illustrés pour enfants, les éditeurs du dessinateur disposent d’un stock considérable de pages qu’ils ne manquent pas de mettre à profit en les rassemblant sous forme d’album.

Ainsi, les éditions Garnier Frères, qui semblent moins frileuses que leurs concurrents, éditent à destination des enfants des recueils d’histoires en images que Rabier donna au Journal amusant. La planche « Le Peigne » fut reprise en 1905 dans l’album Ecoutez-moi ! parmi une soixantaine d’autres pages que le dessinateur publia entre 1901 et 1903 dans la revue 2 :

 


Un deuxième recueil de bandes dessinées extraites du Journal amusant (entre 1899 et 1906) est également consultable sur le site de la BnF : Le Fond du sac. Ce dernier fut édité en 1906 par Garnier à la suite du premier, et fit également l’objet d’une réédition en 1927 3 :


D’autres histoires en images de Rabier sont également disponibles en ligne comme une demi-douzaine de planches que le dessinateur signa pour l’imagerie Pellerin d’Epinal. Certaines pages de l’album Les animaux s’amusent, des mêmes Garnier Frères (1911), relèvent de la bande dessinée, comme cette farce macabre destinée aux enfants. Pas sûr qu’aujourd’hui Rabier eut trouvé un éditeur avec ce genre d’humour cruel…

 

Benjamin Rabier, « Le canard reconstitué », extrait de  Les animaux s’amusent, Garnier, 1911, p. 8. Source : Bibliothèque municipale de Toulouse.



Mise à jour du 20 avril 2015 :
Précision de la publication originelle du gag d’Oberländer dans le Fliegende Blätter (précédemment localisé dans le douzième volume de ses Oberländer Albums, édité par Braun & Schneider en 1901, consultable sur le site www.adolf-oberlander.com).

.

image_pdfimage_print
  1. Voir notre article suivant pour un exemple de planche de bande dessinée, également signée par Benjamin Rabier, alors convenable pour les enfants : http://www.topfferiana.fr/?p=3062 []
  2. Une vingtaine d’années après, Rabier semble toujours populaire puisque ce recueil fut réédité en 1926. []
  3. On notera que Garnier sortit en 1908 un troisième album compilant des planches du Journal amusant (1899 à 1907), sur le modèle des deux autres : Les Cents Bons Tours. []

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *