Caran d’Ache : une vie de dessinateur en contrats

cda-contrats-ban

La carrière de Caran d’Ache résumée en une dizaine de contrats, c’est ce que proposait le lot n° 32 de la vente du 16 décembre dernier à Paris organisée par la maison Alde. S’étalant de 1887 à 1907, ces documents, tirés probablement des archives personnelles de Caran d’Ache1, retracent en effet les grandes lignes de l’œuvre du dessinateur, depuis ses fameux spectacles d’ombres qui le firent connaître, jusqu’à ses jouets en bois qu’il sculpta à la fin de sa vie, en passant par ses collaborations hebdomadaires dans la presse parisienne. En voici les détails.


Contrat du 29 janvier 1887 
: L’Epopée

Un mois avant ce premier contrat, la première de L’Épopée, spectacle d’ombres qui relate les campagnes napoléoniennes de la Grande Armée, est jouée au cabaret de Montmartre Le Chat noir. C’est un triomphe qui vaudra à Caran d’Ache une réputation considérable2.

caran-dache-epopeeCaran d’Ache, L’Epopée. Plaque du tableau 26 de l’acte I. Apothéose © musée de l’Armée.


Dans ce document, le dessinateur donne « le privilège et le monopole » à un certain baron Barbier de faire représenter sa pièce d’ombres et, pour cela, de lui fournir « tous les dessins et maquettes nécessaires ». Les deux hommes se partageant pour moitié les bénéfices nets de ce spectacle. Ce contrat concerne peut-être la reprise de ce spectacle en 1888 au Théâtre d’Application ou dans des cercles privés, comme le cercle Volney.


Contrat du 1er février 1887 : La Paix et la Guerre

Le dessinateur signe avec messieurs Baschet, Gillot et Lahure un contrat concernant la publication d’un hebdomadaire illustré de 8 pages intitulé La Paix et la Guerre. Caran d’Ache s’engage à fournir la moitié des dessins de chaque numéro. Pour cette collaboration, il touchera un quart des bénéfices chaque trimestre, et, par dérogation, un a valoir de 20 francs par dessin.

Ludovic Baschet, le principal co-contractant, dirige plusieurs revues, dont au moins deux auxquelles Caran d’Ache collabore à la même époque : La Revue illustrée (dès 1886) et Paris illustré (dès 1885). Mais nous n’avons pas retrouvé la trace de La Paix et la Guerre qui ne semble pas avoir vu le jour.

Une clause d’exclusivité stipule que Caran s’engage à ne participer à aucun autre journal ou revue, à quelques exceptions, et notamment le journal Le Figaro, dans ses numéros quotidiens et ses suppléments hebdomadaires. Depuis 1884, Caran donne en effet de manière ponctuelle ses dessins à différents suppléments du quotidien parisien.


Contrats des 25 mai 1892 et 26 mai 1894 : Deux albums chez Plon

Signés à deux ans d’écart entre les mêmes parties, ces deux contrats contiennent les mêmes termes. A chaque fois, Caran d’Ache propose à l’éditeur parisien Plon, Nourrit & Cie de réunir en un album des planches déjà parues « pour la plupart » dans des publications illustrées. Ces albums font partie de la « série populaire » de l’éditeur dont le format est in-4° et qui sont vendus 3,5 francs l’exemplaire.

La première édition est tirée à 10 000 exemplaires. Le dessinateur touche 60 centimes par exemplaire imprimé en droits d’auteur, soit 6 000 francs. Pour les éditions suivantes3, les droits sont portés à 75 centimes mais payés à mesure des ventes.

cda-albumsCaran d’Ache, Album Caran d’Ache (1889), Bric-à-Brac (1893), Gros et détail (1907). Source : Cibdi.


Caran d’Ache a publié 7 recueils de planches chez Plon sous les titres suivants : Album Caran d’Ache (1889), Album deuxième (1890), Album troisième (1892), Bric-à-Brac (1893), Les Lundis de Caran d’Ache (1896), C’est à prendre ou à laisser (1898) et Gros et détail (1907).

Le premier de deux contrats semble correspondre à l’Album troisième, mais l’attribution du second, daté de 1894, est moins évidente : une indication à l’encre en marge indique « 5e album », ce qui correspondrait aux Lundis de Caran d’Ache. Or cet album est plus tardif (1896) et sa pagination comme son format sont différents de ceux indiqués dans le contrat (grand In-4 au lieu d’un simple In-4°). L’album tel que décrit dans ce contrat n’a probablement pas abouti.


Contrat du 29 décembre 1892 : Carnet de chèques

Cette fois, l’album que propose le dessinateur à Plon est différent : d’un format In-8° oblong, il comprendra 24 pages de dessins et devra ressembler à un carnet de chèques. Il s’agit de son album Carnet de chèques qui traite de l’affaire de Panama et qui sera publié en février 1893 4. Les dessins ne sont pas complètement inédits, comme le précise le contrat, puisque « une série de huit ont déjà parus dans L’Illustration du 12 décembre 1892 ».

caran-carnet-chequesCaran d’Ache , Carnet de chèques, Plon, Nourrit et Cie, 1893.


Le prix de vente de l’album est fixé à « un franc prix fort ». La première édition est de 30 000 exemplaires. Caran d’Ache reçoit 20 centimes pour chacun d’eux, soit 6 000 francs, comme pour les albums précédents.


Contrat du 3 octobre 1895 : Le Figaro

Par cet accord, Caran d’Ache doit donner au quotidien parisien « un dessin par semaine, pour paraître chaque lundi ». Celui-ci sera conçu « dans le genre de ceux qu’il fournit actuellement au Journal » et mesurera « comme justification, cinq colonnes en largeurs, au-dessus du feuilleton, à la page 3 ».

Comme nous l’avons déjà vu, la première collaboration régulière de Caran d’Ache à un quotidien ne fut pas au Figaro mais au quotidien Le Journal et ce, dès 1894. Le dessinateur y donne une page tous les lundis, du 26 mars 1894 au 25 novembre 1895. En décembre 1895, Le Figaro passe de 4 à 6 pages et débauche Caran d’Ache pour qu’il signe désormais sa page dans ses feuilles. Celle-ci paraîtra tous les lundis et sera rapidement appelée « Les Lundis de Caran d’Ache ».

 

cda-figaro-18960817Caran d’Ache, «Un pieux mensonge », Le Figaro, 17 août 1896. Source : Gallica.bnf.fr


Le dessinateur doit soumettre « en temps utile » le sujet de son dessin au rédacteur en chef du Figaro. Chacun des dessins est payé 375 francs. Une clause d’exclusivité interdit à Caran toute collaboration à un autre quotidien français. Les originaux demeurent la propriété du dessinateur qui se réserve tous droits de reproduction.

Cette dernière clause figurait déjà dans un précédent contrat signé le 13 août 1894 entre Caran d’Ache et Le Figaro qui nous était connu et provenant de la même source notariale : il concernait Maestro, le « roman dessiné » que devait publier le quotidien mais qui resta inachevé 5. Le dessinateur tenait donc à conserver ses dessins, disposition qui ne semble pas évidente à l’époque.


Contrat du 4 mars 1897 : Le Cruel Vatenguerre

Alors qu’il donne sa page toutes les semaines au Figaro, Caran d’Ache fait pourtant une nouvelle apparition dans Le Journal en 1897. Ce contrat prévoit la publication d’un « roman humoristique et fantaisiste » intitulé Vatenguerre dont le texte est l’œuvre de l’écrivain Emile Bergerat est illustré par Caran d’Ache. Il paraîtra « d’abord en feuilletons successifs et quotidiens, de six colonnes au moins, dans la partie du Journal dite rez-de-chaussée selon l’usage dans la presse parisienne ».


cda-cruel-vatenguerre-afficheCaran d’Ache, affiche annonçant la publication du « Cruel Vatenguerre », 1897. Source : Gallica.bnf.fr


Le Journal paie les deux auteurs 28 000 francs pour acquérir ce roman. Ni l’un ni l’autre n’a le droit de « se faire aider dans leurs travaux pour ce roman par n’importe lequel de leurs confrères, élèves ou amis, fusse anonymement ».

Du 8 au 28 octobre 1897, Le Cruel Vatenguerre paraît effectivement en plusieurs livraisons dans le quotidien, chaque jour ou presque. Cependant, sa publication s’arrête au bout de trois semaines et reste inachevée pour des raisons inconnues. Caran d’Ache fournit au total 68 illustrations in-texte.

cda-cruel-vatenguerre-01Emile Bergerat et Caran d’Ache, extrait du premier épisode du « Cruel Vatenguerre » dans Le Journal du 8 octobre 1897. Source : Gallica.bnf.fr

Le contrat prévoit que Le Journal publiera à son nom une version brochée ou reliée du roman complet sur lequel les deux auteurs recevront des droits. Pour orner cette édition Caran d’Ache s’engage à fournir 12 compositions « spéciales et hors texte, et tintées ». Une exposition-vente des dessins originaux sera organisée dans la salle des fêtes du quotidien. Il ne semble pas que ces parties du contrat furent respectées. Le livre écrit par Bergerat sera publié en 1898 sous le titre : Le Cruel Vatenguerre, mémoires d’un Grand Homme, recueillis, orthographiés et mis en un beau désordre par Caliban, mais c’est Paul Ollendorff qui en est l’éditeur et il ne comportera aucune illustration (sa couverture sera ornée d’un dessin de la main de Bergerat).

 
Contrat du 28 mars 1899 : Le Journal

En 1899, Caran d’Ache redevient un collaborateur régulier du Journal. A partir de décembre de cette année, il fournit deux pages hebdomadaires aux deux grands quotidiens parisiens : le lundi pour Le Figaro, le mercredi pour Le Journal.

Le contrat précise les termes de cette nouvelle contribution : le dessinateur doit donner chaque semaine « une page de dessins inédits, humoristiques et d’actualité, avec ou sans légende ». Il est également indiqué que ce sont des « dessins formant suite, du même genre que ceux remis anciennement » au Journal. Placée au-dessus du feuilleton, cette page fera toute la largeur du journal, soit 6 colonnes et sera donc plus large que la planche du Figaro. Caran d’Ache doit également donner au Journal des « dessins humoristiques avec légende » pour quatre suppléments par an (Noël, Pâques, Grand Prix et quinze octobre).

 

cda-lejournal-18991206
Caran d’Ache, « Les amours du lutteur », Le Journal, 6 décembre 1899. Source : Gallica.bnf.fr


Pour paiement, Caran reçoit annuellement la somme de 30 000 francs, payables à raison de 500 francs par dessin hebdomadaire (contre 375 francs en 1895 pour Le Figaro) et 1 000 francs par ceux de chaque supplément. Le dessinateur « s’interdit de collaborer dans tout autre journal quotidien, ou supplément de quotidien, Le Figaro quotidien étant toutefois excepté ».

Un ajout manuscrit prévoit que si Caran d’Ache ne renouvelle pas son contrat avec Le Figaro, qui prend fin le 30 novembre 1899, il donnerait l’exclusivité absolue de sa collaboration au Journal. Il est convenu alors que le quotidien lui prendrait en plus tous les quinze jours un dessin en couleurs pour la première page de son supplément illustré Le Journal pour tous (payé 385 francs). Cette dernière contribution n’aura pas lieu puisque Caran d’Ache continuera de donner sa page hebdomadaire au Figaro, tout en cumulant celle pour Le Journal, jusqu’en 1906.


Contrat du 7 février 1907 : Les jouets en bois avec Hachette

Affaibli par des problèmes de santé, Caran d’Ache met fin à ses contributions hebdomadaires au Figaro et au Journal en 1906. Il se consacre alors à la fabrication de jouets en bois. Ces statuettes de bois sont présentées au public pour la première fois à l’occasion du Salon des humoristes organisé par le journal Le Rire du 25 mai au 30 juin 1907 au Palais de Glace.

Cependant, quelques mois avant, Caran d’Ache et la société Hachette se mettent d’accord pour que le dessinateur cède le « droit exclusif d’exploiter la vente d’une série de jouets en bois découpé (sujets animaux) ». Hachette se charge de faire exécuter des reproductions d’après les types que leur a fournis l’artiste. Les droits d’auteur sont fixés à 10 % du prix des jouets vendus dans le commerce et une clause d’exclusivité lie les deux parties.

cda-jouets-bois
Extraits du prospectus pour Les Jouets de Caran d’Ache, Librairie Hachette et Cie, s.d. Source : Gonefishing


Comme on le sait, ces jouets seront un véritable succès et feront le tour du monde. Caran d’Ache réalise de nombreux modèles de chiens en bois, puis d’autres animaux  (lion, ours, éléphants…). Il réalise l’année suivante « les Chasses de Caran d’Ache », toujours vendus par Hachette. Ces boîtes renferment un souverain ou un chef d’État avec ses suivants, des animaux et des éléments de paysage.


Miscellanées

Le lot vendu aux enchères contenait également d’autres documents secondaires, comme un contrat de 1903 dans lequel Caran d’Ache loue à The Smith Premier Typewriter Company une machine à écrire, ainsi que quatre lettres, dont une de sa femme Henriette Poirée, et une autre de sa belle-mère, la comédienne Cécile Azimont, postérieures à la mort du dessinateur.

S’ils ne nous apportent pas de véritables surprises, cette dizaine de contrats vendus aux enchères nous renseignent en détails sur les dispositions qu’entretenait Caran d’Ache avec ses éditeurs. Ces informations sont d’autant plus intéressantes que ni les archives du Figaro, ni celles de la maison Plon aujourd’hui encore en activité n’ont gardé des exemplaires ou même la trace de ces documents 6.

Ces contrats avec la presse quotidienne offraient à Caran d’Ache une véritable rente, lui apportant une certaine stabilité et l’assurance de travailler de façon régulière. Sa rémunération augmente au fur et à mesure que sa popularité va grandissante. Ainsi, en 1897, il recevait 500 francs pour son dessin hebdomadaire au Journal, sans compter celui qu’il donnait en même temps et tout aussi régulièrement au Figaro. Si Caran d’Ache était le dessinateur de presse le plus prolifique et le plus connu de son époque, c’était aussi aussi très probablement le mieux payé.

  1. Tous les contrats de ce lot portent le cachet de Maître Salle, le notaire qui fut chargé en mars 1909 de l’inventaire après décès du dessinateur. Le lot a été adjugé 1 200 euros, hors frais. Vente aux enchères « Lettres et Manuscrits Autographes » du 16 décembre 2015 par la maison Alde à Paris, n° 32 : « Emmanuel Poiré, dit Caran d’Ache (1858-1909) dessinateur et caricaturiste. 10 P.S. (la plupart avec apostilles autographes), Paris 1887-1907 ; 20 pages in-4 sur papier timbré (cachets d’inventaire notarial après décès). » []
  2. Voir Napoléon au Chat noir. L’Epopée vue par Caran d’Ache, Adam Biro/Musée de l’armée, 1999. []
  3. Certains de ces albums Plon ont connu plusieurs rééditions, sans que l’on en connaisse les détails. []
  4. L’ouvrage est annoncé dans Bibliographie de la France du 4 février 1893. []
  5. L’ouvrage aurait comporté 360 pages de dessins sans aucune légende et aurait été publié à 20 000 exemplaires, au format in-18°, vendu 3,50 francs. Une avance de douze mille francs était consentie à l’auteur, payable en trois fois. « Caran d’Ache : le mystère Maestro s’épaissit ! », Neuvième Art, n° 9, 2003, p.6. []
  6. Celles du Journal sont déposées aux Archives nationales, mais nous ne les avons pas consultées. []

2 commentaires

  • Pierre-douard Noyelle dit :

    Le premier contrat, d’emblée , interpelle. En effet le « certain Baron Barbier » est trés probablement le baron Raoul Barbier: Officier de cavalerie, maire de Saïgon en 1871, c’est selon les souvenirs de Jean Renoir, un ami de son père qui jouera un rôle susbstantiel dans l’élaboration du « Déjeuner des canotiers » (1881) où il figure d’ailleurs. c’est aussi un membre de la rédaction du Journal du Chat Noir, où il tient pendant plusieurs années la rubrique théatrale.
    La signature de ce contrat , un mois après la première représentation de l’Epopée au théatre du Chat Noir et 15 mois avant les représentations au Théatre d’application, entre deux membres de la rédaction du Journal du Chat noir, soulève la question de l’exécution de ce contrat avec Rodolphe Salis, celle des différentes versions de l’Epopée ( qui a financé?…), etc questions ( qui relèvent plus de l’histoire du théatre que de celle de la bande dessinée , mais sont importantes pour la connaissance de Caran d’Ache) auxquelles je n’ai pas encore trouvé de réponses

    Cordialement
    Pierre

  • Topfferiana dit :

    Merci beaucoup pour ces éclaircissements sur le baron Barbier, qui sont toujours les bienvenus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *