Un cinéma sous influence


En 3 minutes et demie, Joshua Glenn démontre la troublante influence des bandes dessinées de Winsor McCay sur des films comme L’Age d’Or, King Kong, Dumbo, Mary Poppins, ou encore Charlie et la chocolaterie.

Précisons cependant que ce journaliste au Boston Globe reprend ses informations du gros volume édité par Ulrich Merkl, The Complete « Dream of the Rarebit Fiend », qui propose la totalité des planches de la série de l’amateur de fondu publiées dans le New York Herald entre 1904 et 1913.

Mise-à-jour du 8-04-2009 : Cet article traduit en italien par Massimo Cardellini est consultable Letteratura&Grafica.

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *